La collection de rhododendrons botaniques

Les rhododendrons font partie de la famille des Ericacées, très présente dans le jardin de Gondremer. Botaniquement, le terme rhododendron correspond à un genre, qui se décline en plus de 1000 espèces sauvages dans le monde. A partir de croisement entre ces espèces, plus de 30 000 espèces hybrides ont été créées par les horticulteurs.

On retrouve la culture du rhododendron en Europe dès le XVIème siècle, mais le terme est présent bien avant dans la littérature : Pline l’ancien (Ier siècle de notre ère) le cite déjà. Rhododendron est emprunté du grec ancien ῥoδόδενδρον, formé de ῥόδον, rhodon, « rose », et δένδρον, dendron : l’arbre à rose. En botanique, le genre Rhododendron est introduit par Linné dans son Species Plantarum(1753).

Une répartition géographique étendue

Le rhododendron est présent dans tout l’hémisphère Nord (Amérique du Nord, Europe, Nord de l’Équateur, Asie) et dans quelques endroits de l’hémisphère Sud (Malaisie, Indonésie, voire même en Australie, où au moins une espèce est recensée).

Une zone particulière concentre naturellement entre 300 et 400 de ces espèces : elle s’étend du Népal, du Bhoutan et de la Birmanie au Nord et à l’Est, à travers le Tibet du Sud-Est, jusqu’aux régions du Yunnan et du Sichuan en Chine. Cela forme en partie le dessin de l’Himalaya et de ses contreforts, où la mousson est présente (le rhododendron aime l’humidité, sans excès cependant).

Les régions montagneuses du monde sont en effet un endroit de prédilection pour les rhododendrons : outre l’Himalaya pour l’Asie, on en trouve des espèces dans les Alpes, les Pyrénées, le Caucase, et les Carpates pour l’Europe, dans les Montagnes rocheuses et Appalaches pour l’Amérique du Nord. On trouve aussi des rhododendrons dans les régions proches du Cercle arctique (Groenland, Alaska, Sibérie, Scandinavie).

La plupart des espèces de rhododendrons supporte donc bien le froid (certaines espèces résistent à des températures de -32°C), mais il existe quelques espèces tropicales, les Vireyas – présentes dans les péninsules indochinoise et malaise, ainsi qu’en Indonésie – qui ne résistent que très difficilement au gel.

Des caractéristiques botaniques variées

Feuilles, fleurs, taille… ces caractéristiques sont très variées selon les espèces. Entre le Rhododendron arboreum, qui peut atteindre 30 m dans son environnement naturel (découvert par le capitaine Hardwick en 1796, c’est le tout premier rhododendron himalayen à avoir été introduit en Angleterre en 1811) et le Rhododendron forrestii ssp. forrestii groupe repens et ses 10 cm au maximum, il y a un rapport de taille de 1 à 15!

Un critère permet un premier classement : la présence de petites écailles sur les feuilles et les autres parties de la plante, qui servent à la régulation hydrique. Les rhododendrons avec écailles sont dit lépidotes, ceux sans écailles élépidotes (ces derniers présentent parfois des villosités plus moins importantes, des sortes de poils, tels les rhododendrons de la série Barbatum – qui signifie barbu, en latin).

Les feuilles permettent aussi de différencier les rhododendrons, selon leur forme, selon la présence d’un tomentum (duvet sur le dessus de la feuille) ou d’un indumentum (duvet sur le dessous de la feuille), selon leur couleur…

La taille des feuilles varie aussi beaucoup, entre celle de Rhododendron sinogrande, qui peuvent atteindre 1 m de long, et celles de Rhododendron calostrotum ssp. kelecticum, les plus petites et les plus étroites parmi celles des rhododendrons.

Les fleurs offrent la même diversité, entre taille, forme et couleurs : les fleurs peuvent être de forme tubulaire, campanulée (avec différentes sous-formes), en forme d’entonnoir… Il y a des grandes fleurs, telles celles du rhododendron mimetes, ou des petites, comme celles de Rh. lapponicum

Les fleurs offrent aussi une variété de couleurs :

La collection de rhododendrons botaniques rustiques de Gondremer

Environ 350 espèces de rhododendrons botaniques sont présentes dans le jardin de Gondremer. Elles proviennent principalement de la région de l’Himalaya et de Chine, mais les espèces européennes, américaines et celles proches du cercle polaire sont aussi représentées.

L’emplacement du jardin, situé au fond d’un vallon où passe un ruisseau, avec une terre acide due à la présence du grès, un climat assez pluvieux assurant des températures froides l’hiver sont des conditions favorables à l’implantation et au développement de ces plantes (et plus généralement, celles de la famille des Ericacées).

Les espèces de rhododendrons sont classées en 40 séries, par ordre alphabétique. La classification en série est remise en cause par les travaux récents, mais nous ne pouvons replanter les rhododendrons pour les faire correspondre à la nouvelle manière de classer…

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur les rhododendrons, nous vous conseillons d’aller visiter le site très complet de Marc Colombel. Il contient autant des références illustrées sur les différentes espèces de rhododendrons que des conseils de culture, d’hybridation… http://www.rhododendron.fr