Les Kalmia

Qui mieux que les créateurs du jardin pour parler de la collection de Kalmia? Nous reproduisons donc ici un article paru dans la revue spécialisée « Hommes et Plantes » n°65 (printemps 2008), éditée par le CCVS , dans lequel Gisèle et Michel Madre présentent en détail cette collection.

Une belle Américaine qui déclenche les passions

Plein feu sur le kalmia

Le Jardin botanique de Gondremer abrite la Collection nationale (CCVS) de Kalmia. Elle compte cinq des sept espèces connues et une quarantaine de cultivars, principalement de Kalmia latifolia. Ces arbustes injustement méconnus se parent d’une floraisons les plus remarquables parmi toutes les espèces dites de « terre de bruyère ».

Arbuste assez méconnu en Europe, le Kalmia, qui a été nommé par Linné, porte le nom d’un de ses élèves, Pehr Kalm (1716-1779), un botaniste finlandais qui voyagea en Amérique et découvrit non seulement Kalmia latifolia, mais également Acer pensylvanicum, Viburnum lentago et Vitis bederacea.

Le genre Kalmia appartient à la famille des Ericaceae. C’est donc un cousin des bruyères et des rhododendrons. Il présente un port semblable à celui de certaines espèces de ce dernier, mais sa floraison est nettement différente.

L’aire naturelle des Kalmia s’étend sur toute l’Amérique du Nord, des confins du cercle polaire à la Floride et à Cuba, hormis les zones arides.

Un arbuste de moyenne montagne

En culture sur les autres continents, le Kalmia semble plus exigeant que les rhododendrons et les azalées. Il préfère un climat semi-continental, semblable à celui du massif des Appalaches et de son pourtour, plutôt qu’un climat maritime. Le Kalmia se plaît dans les zones humides d’altitude moyenne : Écosse, Ardennes, Massif vosgien, Allemagne orientale, Bohème ou même Japon septentrional et Tasmanie.

Il a besoin d’une terre acide et apprécie l’ombre, une atmosphère humide et un sol frais, voire marécageux pour certaines espèces. Le cadre du Jardin de Gondremer, situé dans un fond de vallée tourbeux, entouré de sapins, avec un sol au pH de 5,5, convient parfaitement aux kalmias.

Cinq espèces sur sept

Sur les sept espèces de Kalmia recensées, deux ne sont pas actuellement cultivées au Jardin de Gondremer en raison de leur faible rusticité : le laurier de montagne velu (Kalmia hirsuta Walter) et la kalmie de Cuba (Kalmia ericoides Wright).

Si l’introduction de Kalmia hirsuta, originaire du sud des États-Unis (Géorgie, Floride), reste possible à Gondremer dans des zones abritées, en revanche, pour Kalmia ericoides, originaire de Cuba, l’abandon est définitif.

Les cinq espèces que nous cultivons:

  • Kalmia microphylla Heller, seule espèce du genre localisée à l’ouest des Montagnes Rocheuses. Un arbuste trapu, de 60 cm, à fleurs blanches, dont il existe des variétés naines.
  • Kalmia polifolia Wangenh est répandu à l’est du Canada, entre les Grands Lacs, la baie d’Hudson et l’Océan Atlantique. C’est un arbuste tapissant, d’environ 80 cm de haut, à la floraison rose en mai. Il existe une variété blanche.
  • Kalmia angustifolia L. Localisé au nord et à l’est des Grands Lacs, plus au sud pour la variété caroliniana. Cette plante à la floraison rouge apprécie les terrains marécageux.
Kalmia angustifolia ‘Rubra’
  • Kalmia cuneata Michx. espèce voisine de Kalmia hirsuta, à la floraison blanche. Elle s’acclimate difficilement à Gondremer.
  • Kalmia latifolia L., l’espèce la plus connue et la plus ornementale, est appelée « laurier des montagnes ». Son habitat s’étend du Maine à l’Alabama, sous des conditions climatiques très différentes. De ce fait, les plantes du Sud ne s’acclimatent pas au Nord, ce qui lui a valu une fausse réputation de faible rusticité. C’est un grand arbuste qui peut atteindre 4 m de haut. Certains spécimens âgés, notamment en Caroline du Sud, forment de petits arbres. En juin, la floraison mélange des corolles ouvertes roses pâle, en forme de soucoupes, et des fleurs encore fermées, au revers des pétales plus foncé, constituant un décor spectaculaire.

[en 2021, il ne reste plus que trois espèces au jardin sur les cinq décrites : Kalmia cuneata et Kalmia microphylla sont à réintroduire]

Des cultivars très intéressants

De nombreux cultivars sont encore plus spectaculaires avec leurs pétales gravés de subtils motifs souvent géométriques. « The American Association of Botanicals Gardens and Arboreta » répertorie actuellement une cinquantaine de cultivars. D’autres sont en cours d’examen.

Quatre catégories :

  • Fleurs blanches : « Silver dollar », « Snowdrift » ou « Pristine »
  • Fleurs rose vif ou rouge (les plus nombreux): « Clementine Churchill », « Nancy », « Sarah », « Osto Red ».
  • Fleurs à dessins géométriques: « Peppermint », « Freckles », « Carrousel ».
  • Fleurs ornées (avec une tâche foncée semblant avoir été peinte au pochoir) : « Goodrich », « Heart’s Desire » ou « Kaleidoscope ».

Au jardin botanique de Gondremer, nos Kalmia sont plantés dans la partie Est du jardin, le long d’un sentier botanique consacré essentiellement aux rhododendrons et aux autres genres d’Ericacées. Toutefois, quelques cultivars de Kalmia latifolia ont été disposés dans la partie paysagère à l’Ouest, au bord de l’étang, afin de bénéficier des reflets sur l’eau de leur magnifique floraison. Un éblouissant spectacle à admirer fin juin.

%d blogueurs aiment cette page :